Les huiles essentielles sont très efficaces, mais aussi, si on ne les utilise pas correctement, potentiellement dangereuses, en particulier sur le foie.

C’est pourquoi il est très important de savoir comment elles agissent sur notre organisme.

Les voies d’administration

Les huiles essentielles peuvent être prises par voie orale, olfactive, cutanée, rectale ou vaginale. Nous ne détaillerons pas ici les différents moyens d’administrer des huiles essentielles, cela fera l’objet d’un autre article.

En revanche, il est important de savoir que l’action de l’huile essentielles dépendra grandement de la voie d’administration sélectionnée.

Par exemple, la voie cutanée permet un passage très rapide des huiles essentielles dans la sang (quelques dizaines de minutes pour la lavande vraie), mais elle distribue une quantité de composés actifs relativement faible : seulement 10% en moyenne des molécules présentes dans l’huile essentielle se retrouvent dans le sang. Le reste est soit perdu par évaporation, soit actif localement sans passer dans le sang.

La voie orale en revanche, permet de distribuer une plus grande quantité de composés actifs (50%), mais cette diffusion se fera de manière plus lente.

Ainsi, en fonction de l’effet recherché, le thérapeute adaptera la voie d’administration sélectionnée.

Physiologie de la voie orale

Absorption et action des huiles essentielles après prise en voie orale
Physiologie de la voie orale.

La voie orale, grâce aux gélules en gélatine, est une voie royale pour distribuer une grande quantité d’huiles essentielles de façon simple et efficace. Ces gélules peuvent accueillir jusqu’à 5 ou 6 gouttes d’huiles essentielles (100 à 120 mg), et être préparées en avance.

Pour comprendre la physiologie de la voie orale, il est fondamental de considérer le foie comme un organe central.

En effet, après l’absorption intestinale, une partie des composés actifs va être distribuée au foie via la circulation porte-hépatique. C’est lui qui sera en première ligne pour épurer ces composés, et qui en dégradera une grande partie au passage. Mais la majeure partie sera absorbée dans la circulation lymphatique, avant de regagner la circulation générale, en même temps que les chylomicrons. Cette dernière voie ne passe donc pas directement par le foie.

Temps de demi-vie des composés des huiles essentielles

La quantité précise qui sera dégradée est difficile à évaluer, et dépend des différentes molécules. Quoi qu’il en soit, ces notions ont permis de définir la notion de « demi-vie » des molécules actives, et conditionne la fréquence des prises orales.

Demi-vie des huiles essentielles
Durée de demi-vie de quelques composés présents dans les huiles essentielles

Par exemple, on remarque dans le tableau ci-dessus, que la demi-vie du thymol en prise orale est d’environ 10h ; cela signifie que toutes les 10h, la quantité de thymol présente dans le sang est réduite de moitié.

Ainsi, pour maintenir une exposition suffisante à ce produit actif (présent dans l’huile essentielle de thym à thymol, par exemple), il faut effectuer 2 à 3 prises par jour, mais pendant une durée limitée, car la molécule ayant une demi-vie élevée, elle aura tendance à s’accumuler dans l’organisme.

La connaissance de l’épuration des molécules actives par le foie, et donc leur temps de demi-vie est fondamentale pour établir correctement des traitements aromatiques.

Pour en savoir plus sur ce sujet, vous pouvez consulter ce livre (en anglais).

Action et dégradation des composés actifs des huiles essentielles

Après leur passage par le foie, les composés actifs (ou plutôt ce qu’il en reste) se retrouvent dans la circulation générale.

C’est là qu’ils vont exercer leur action physiologique, ce pour quoi nous avons ingéré les huiles essentielles.

Les composés actifs vont alors être :

  • filtrés par les reins ;
  • exhalés au niveau des poumons.

 

Physiologie de la voie cutanée

Physiologie de la voie cutanée en aromathérapie (huiles essentielles thérapeutiques).
Physiologie de la voie cutanée.

La voie cutanée présente la particularité de ne pas mettre en jeu directement la circulation porte-hépatique.

Cela signifie que les composés actifs présents dans les huiles essentielles passent directement dans le sang, et vont donc produire leur effet thérapeutique plus rapidement.

Le foie va être également responsable d’une dégradation des composés actifs des huiles essentielles, au même titre que les poumons et les reins. Par rapport à la voie orale, on note que l’intervention du foie n’est donc pas en première ligne, mais en même temps que les autres organes « émonctoires ».

On le voit, le principal problème de la voie cutanée est le faible pourcentage de composés actifs qui passent à travers la barrière cutanée et se retrouve dans le sang (10%). En effet, si on estime, dans un cas donné hypothétique, que la dose thérapeutique est d’environ 100 mg d’HE par jour (soit environ 3-5 gouttes), il faudra en appliquer 30 à 50 sur la peau ! Il est rare que la peau tolère une telle quantité d’huiles essentielles sans générer de rougeur ou d’irritation !

La voie cutanée sera donc surtout utile pour distribuer localement des huiles essentielles. Si l’on cherche une action systémique, il faudra utiliser un dosage plus élevé, avec les risques d’irritation non négligeables (variables en fonction des HE). En pratique, on utilisera la voie cutanée pour lutter contre une mycose de la peau ou un bouton d’acné, mais dans le cas d’une angine, la voie cutanée pourra être complémentaire de la voie orale !

Remarque : je suis toujours surpris des personnes qui pensent soigner une angine en appliquant quelques gouttes d’huiles essentielles sur les poignets. Sur un infection débutante, cela peut aider, mais c’est très généralement insuffisant dès que l’infection est un tant soit peu installée ! Les huiles essentielles, comme les médicaments allopathiques, nécessitent une dose minimale pour être efficaces.

Passage à travers la peau des huiles essentielles

Les composés actifs des huiles essentielles, lorsqu’ils sont appliqués sur la peau, vont traverser les différentes couches qui composent cet organe.

Passage des composés actifs à travers la peau.
Passage des composés actifs à travers la peau.

3 mode de diffusion sont observés :

  • A travers le follicule pileux : les huiles essentielles ruissellent le long des poils, et se retrouvent directement au niveau du derme.

Les zones pileuses (cuir chevelu par exemple) sont d’excellents endroits pour faire diffuser les huiles essentielles vers le derme, et donc favoriser un passage dans le sang.

  • A travers les cellules : les huiles essentielles étant composés de molécules lipophiles (grasses), elles vont pouvoir traverser les membranes plasmiques et se retrouver rapidement dans les profondeurs du derme.
  • Entre les cellules : les cellules sont unies les unes aux autres par du « ciment » de nature lipidique, que les huiles essentielles pourront traverser très facilement.

Dynamique de l’absorption cutanée des huiles essentielles

Absorption cutanée de linalol et d’acétate de linalyl après massage avec de l’HE de lavande vraie.
Niveau sanguin de linalol et d’acétate de linalyle après massage avec de l’HE de lavande vraie.

Le graphique ci-dessus (Tisserand et Young, Essential oil safety, 2013), nous montre que 20 minutes après l’application sur la peau de l’huile essentielle de lavande vraie, on observe un pic de linalol et acétate de linalyle (les deux composé principaux de l’huile essentielle de lavande vraie) dans le plasma.

Ce pic est variable en fonction des composés : certains passent plus rapidement dans le sang que d’autres.

Ménageons notre foie !

La conclusion de cette étude est que le foie joue un rôle central dans l’épuration des composés actifs présents dans les huiles essentielles, qu’on les prenne en voie orale ou cutanée.

Certaines huiles essentielles sont probablement hépato-toxiques (celles qui contiennent certains phénols, comme le thymol ou le carvacol par exemple), d’autres sont hépato-protectrices (carotte sauvage, menthe poivrée, citron zeste, les romarin à cinéole et à verbénone…).

Une bonne connaissance est donc indispensable à la prise des huiles essentielles, car une augmentation du « travail » du foie peut générer des effets souvent délétères sur la santé des personnes. En particulier si celui-ci est déjà saturé, soit par un régime alimentaire déséquilibré, soit par une prise de médicaments allopathiques.

Comment les huiles essentielles agissent-elles sur notre corps ?

56 avis sur « Comment les huiles essentielles agissent-elles sur notre corps ? »

  • 10/02/2020 à 04:50
    Permalien

    Et si nous avons inhaler une quantité importante d’huile essentielle , (diffusion ultra nebulisation) quel est le parcours de celle-ci merci

    Répondre
    • 11/02/2020 à 06:03
      Permalien

      Bonjour Nasser, par inhalation les HÉ Passent aussi dans le sang au niveau de la muqueuse nasale, mais la quantité est beaucoup plus faible que par les autres voies.
      En revanche, l’intérêt de cette voie est d’influencer directement le système limbique, qui est le siège de nos émotions. D’où l’intérêt de l’olfaction dans les approches psycho émotionnelles.

      Répondre
      • 01/10/2020 à 20:32
        Permalien

        Une inhalation de gaulthérie m a causée des brulements gorge langue gencives vraiment intenses et de plus de 20 heures est ce une allergie?

        Répondre
        • 02/10/2020 à 07:53
          Permalien

          Bonjour Mariette,
          oui c’est possible. Etes-vous allergique aux dérivés salicylés (comme l’aspirine) ?
          Dans le doute, il faut arrêter toute utilisation des HE de Gaulthérie (toutes) et de Bouleau.
          Bien aromatiquement.

          Répondre
  • 19/03/2020 à 00:56
    Permalien

    Il me semble avoir des selles jaunes depuis que j utilise certaines huiles essentielles, normal ?

    Répondre
    • 20/03/2020 à 11:12
      Permalien

      Bonjour Jérémie, non ce n’est pas normal.
      LA couleur brune des selles est due à la transformation par les bactéries coliques de pigments biliaires (produits par le foie).
      Des selles jaunes peuvent donc traduire différents problèmes, qu’il faut identifier (hépatique, au niveau du microbiote intestinal…).
      Bref, je vous conseille d’arrêter votre utilisation d’HE, et de vérifier si ce symptôme disparait. Si ce n’est pas le cas, consultez rapidement !

      Répondre
  • 23/03/2020 à 07:21
    Permalien

    Bonjour,
    Par inadvertance je me suis renversé une quantité importante d’huile essentielle de pin sylvestre sur les doigts
    J’ai rincé immédiatement avec eau et savon
    D’après le centre anti poison une infime quantité est passėe par la barrière cutanée donc je vais éliminer rapidement
    En combien de temps a votre avis.??
    Merci pour votre réponse

    Répondre
    • 23/03/2020 à 08:58
      Permalien

      Bonjour, à part une petite irritation locale, vous ne risquez en effet pas grand chose…
      La demi-vie du pinène, le principal composé de l’HE de pin sylvestre, est assez courte. En quelques heures, vous aurez éliminé la majeure partie de ce qui sera passé dans le sang (mais c’est probablement, comme l’a confirmé le centre anti-poison, très peu !)

      Répondre
  • 29/03/2020 à 21:53
    Permalien

    Bonjour
    J ai pris pour la 1 ère fois (le 24/03/20)des huiles essentielles à l’eucalyptus globuleux et depuis a chaque fois que je touche un produit savonneux (liquide vaisselle, savon pour les mains, gel douche…)je fais une réaction allergique (?) Plaque rouges qui piquotte par endroit …
    Est ce dû aux huiles essentielles qui reste dans le corps?
    Cordialement

    Répondre
    • 29/03/2020 à 21:54
      Permalien

      Bonjour Sand, il y a peu de risques que votre réaction soit due à l’E. globuleux.
      Pouvez-vous, malgré tout, préciser combien et comment vous avez « pris » cette HE ?
      Merci !

      Répondre
      • 29/03/2020 à 23:29
        Permalien

        J ai pris pendant 3 jours 2 goutte sur un sucre 3 fois par jour

        Répondre
        • 30/03/2020 à 06:25
          Permalien

          Aucun soucis, donc ! 🙂

          Répondre
  • 03/04/2020 à 14:59
    Permalien

    bonjour, je me suis mis qq gouttes d’HE de thym thymol sur le poignées en croyant que c’était de l’HE de lavande, ça m’a brulé et j’ai donc rincé mais je m’inquiéte du passage dans le sang de l’HE de thym thymol …

    Répondre
    • 09/04/2020 à 07:16
      Permalien

      Bonjour Eve, vous ne risquez rien au niveau du passage sanguin.
      En revanche, vous aurez sans doute une bonne irritation locale.
      Dans ce genre de situation, il faut rincer abondamment avec une huile végétale (celle que vous avez sous la main).
      Bien à vous

      Répondre
  • 05/04/2020 à 04:55
    Permalien

    Je prends des huiles essentielles de l’ail des courses depuis 2 jours .au bout de combien de jour vont elles faire effet ? Merci bon confinement

    Répondre
    • 09/04/2020 à 07:15
      Permalien

      Bonjour Annie,
      cela dépend de ce que vous cherchez comme action. Elles peuvent agir très vite (en quelques minutes), mais il faut parfois un peu plus longtemps.
      Si vous n’observez pas l’effet escompté, vous devez vous demander:
      – la synergie d’HE est-elle adaptée ?
      – La voie d’administration est-elle adaptée ?
      – La dilution est-elle correcte ?
      – La dose est-elle suffisante ?

      Répondre
  • 08/04/2020 à 18:00
    Permalien

    Bonjour,
    Pendant 15 jours j’ai mis 1 goutte de huile essentielle de pamplemousse dans un verre d’eau et là depuis 15 jours j’ai attrapé une éruption cutanée et des démangeaisons horribles aux mains.
    Auriez-vous une solution à mon problème s’il vous plaît ?
    Merci

    Répondre
    • 09/04/2020 à 07:13
      Permalien

      Boujour,
      Il y a peu de chances que vos démangeaisons soient dues à la goutte d’HE de pamplemousse que vous utilisez quotidiennement, même si je ne recommande pas cette pratique. N’oubliez pas que les HE ne se dissolvent pas dans l’eau.
      Pour calmer vos démangeaisons, vous pouvez mettre une goutte de camomille allemande (matricaire) dans une noisette de crème pour les mains.

      Répondre
  • 09/04/2020 à 06:22
    Permalien

    Bonjour,

    En rapport avec la pandémie qui nous touche actuellement, j utilise une synergie que je me suis fabriquée à base d huile d amande douce, additionnée à deux HE ( niaouli et camomille romaine). Je m en badigeonner régulièrement le cou et le thorax ainsi que les mains.
    Est ce, selon vous, suffisant comme barrière anti – virale ?

    Répondre
    • 09/04/2020 à 07:11
      Permalien

      Bonjour Caroline,
      Vous avez raison de chercher à vous protéger de la pandémie actuelle avec les HE, dont certaines ont montré une très forte activité anti-virale.
      Cependant, plusieurs questions se posent : Quelle concentration d’HE avez-vous utilisée ? Pourquoi de la camomille romaine ? Elle est assez peu antivirale.
      Votre synergie pourra viser un axe anti-infectieux, mais aussi immune-stimulant.

      Répondre
  • 20/04/2020 à 18:58
    Permalien

    Bonjour Arnaud
    Il semble que j’ai mélangé trop d’huile essentielle de romarin à mon shampoing. J’ai fait une réaction qui a causé des sensations de brulures et maux de tête. Le centre antipoison m’a dit de mettre de la crème. J’ai un sérum apaisant pour le soir et j’ai du shampoing doux mais au bout de 3 semaines, ça ne passe pas.
    Pouvez vous me dire comment de temps ça peut mettre à cicatriser?

    Répondre
    • 21/04/2020 à 09:58
      Permalien

      Bonjour Sandrine,
      c’est étonnant d’avoir autant de symptômes, autant de temps après l’application…
      Pouvez-vous préciser quelle quantité d’HE vous avez appliqué dans votre shampooing et sur votre cuir chevelu ?

      Répondre
  • 26/04/2020 à 14:47
    Permalien

    Si mal à soigner pendant plus de trois semaines une angine qui ne passait pas., toux sèche,. Brûlure gorge. médecin et ses deux boîtes de Doliprane n’y ont rien fait. Ni collutoire ni
    Pholcone ni inhalations conseillés par la pharmacienne. Epuisée et inquiète, sans ressource, j’ai happé au passage pour renforcer système immunitaire « conseil » d’un ami «  de famille qui le ferait lui même et sa Maman : 3 fois par jour ds un c de miel : 2 g de Ravintsara, 2 g d’eucalyptus radié et une goutte de Citronnier, soit 15 g par jour pendant 14 jours, ce à partir du 19 mars au soir.,J’ai changé de médecin et ai pris 7 jours d’Amoxicilline au bout du 2e jour de prise des HE, en ayant pris soin d’indiquer au médecin ce que je prenais et comment je le faisais. « Si ça me fait du bien je continue ». 31 mars urgences : on a pensé au virus à cause des brûlures et je n’ai pas un instant pensé de parler des HE.. !!!! Test Covid négatif. J’ai arrêté de moi même les HE le 2 avril. Je suis en vrac. Perte de 5 kg de poids, brûlures en poitrine. Bronches ou œsophage ? Radio des poumons ok. Mais qd les brûlures apparaissent c’est affreux.. Médecin en fait ne connaît pas les huiles essentielles me dit-elle. . Analyses de sang paraissent ok. Tout paraît ok sauf moi. Acupuncteur mardi 21 avril qui a travaillé sur l’estomac « qui était retourné ». Trois jours de confort. Et ça revient : l’impression que peau de poitrine (parfois rouge) et celle du dos vont flamber. avec l’intérieur de ma personne., intestins de nouveau fragiles (donc le foie) et ça semblait régularisé avec l’acupuncture. Vous avez deviné ? J’ai perdu la tête pour passer d’une angine folle à un choix encore plus fou. Combien de temps ces substances vont elles rester dans mon corps, quelles traces vont-elles laisser, comment apurer tout cela petit à petit et aussi… comment soulager ces brûlures. J’ai perdu la raison et ce sera la cuisante leçon de ma vie. Merci de vos conseils s’il vous est possible de donner votre point de vue. Merciiiii.

    Répondre
    • 26/04/2020 à 19:26
      Permalien

      Bonjour Denise,
      Vous avez probablement « stressé » votre estomac avec de fortes doses d’huiles essentielles en voie orale.
      La partie la plus superficielle de la muqueuse gastrique met environ 7 jours à se régénérer. Il faut donc compter au moins une semaine, mais plus vraisemblablement 10 à 15 jours après l’arrêt de la prise des HE pour que les symptômes s’améliorent.
      Bone courage Denise, et patience…!
      Arnaud

      Répondre
  • 10/06/2020 à 21:58
    Permalien

    Bonjour, j allaite m’a fille de 2 mois et après une longue marche, je me suis fait une ampoule sous la voûte plantaire. J avais de l huile essentielle de lavande vraie. J ai déposé une goutte sur un coton tige que j ai appliqué sur mon ampoule… Je l ai fait a deux reprises. Mais je viens de voir sur internet que les huiles étaient également presentent dans le lait maternel. 🙄Je n ai pas du tout pensais à cela sur le moment. Du coup je m inquiète pour mon bou tchou si elle en a absorbé….? Merci de votre réponse.

    Répondre
    • 10/06/2020 à 22:51
      Permalien

      Bonjour Marie-Laure,
      En effet, des HE peuvent se retrouver dans le lait maternel. Mais la question de la dose est importante : avec les quantités que vous avez appliquées, il n’y a aucun risque pour votre enfant, ne vous inquiétez pas. Bien aromatiquement

      Répondre
  • 19/06/2020 à 18:04
    Permalien

    Bonjour,
    J’ai une gastrique et une hernie hiatale. Je prends depuis 3 jours, 2 gouttes d’huile essentielle de basilic, 3 fois par jour. Je sens une nette amélioration de mes douleurs.
    Pouvez vous me dire si ce soin est bien destiné à cela et combien de temps dois-je continuer ?
    Je vous remercie de votre réponse.
    Cordialement.
    Hélène.

    Répondre
    • 22/06/2020 à 16:10
      Permalien

      Bonjour Hélène,
      tout d’abord, quel que soit le traitement aromatique que vous prenez, il faut prévoir des fenêtres thérapeutiques : par exemple 5 jours sur 7, ou 3 semaines de prise puis une semaine d’arrêt.
      En ce qui concerne votre traitement, le basilic exotique peut aider pour votre hernie hiatale, mais il présente une certaine toxicité sur des traitements prolongés. L’avis d’un professionnel des HE (correctement formé) peut s’avérer judicieux pour adapter le conseil de manière personnalisée.
      Bien à vous

      Répondre
  • 06/08/2020 à 17:41
    Permalien

    Bonjour
    J ai melange des huiles essentielles (citron, carottes, macérât de lys). J ai utilisé ce mélange une dizaine de jour. Le soir uniquement. Depuis j ai le visage couvert de taches brunes tailles différentes. Une solution svp ?

    Répondre
    • 07/08/2020 à 07:22
      Permalien

      Bonjour, l’huile essentielle de citron est photosensibilisante. Il faut absolument arrêter votre application, et espérer que la peau se régénère correctement.
      Bien aromatiquement

      Répondre
  • 22/08/2020 à 22:31
    Permalien

    Bonjour,

    J’ai des boutons sur le visage et j’applique de l’huile essentielle de tea tree sur ces derniers avant le coucher. Je mets plusieurs goutes sur le coton tige et je l’utilise sur les boutons du visage. Je me couche ensuite avec mon petit de 2 ans. Est-ce que l’odeur peut-être dangereuse pour lui ?

    Répondre
    • 23/08/2020 à 13:18
      Permalien

      Bonjour,
      Pas de soucis pour votre enfant, l’odeur ne pose pas de problème.
      Bien aromatiquement.
      Arnaud

      Répondre
  • 29/08/2020 à 08:05
    Permalien

    Bonjour, on m’a fait un massage aux huiles essentielles de lavande et de verveine, combien de temps durent les effets en général ? Le massage a durée 1h30. Merci bonne journée.

    Répondre
    • 31/08/2020 à 07:42
      Permalien

      Bonjour Vincent,
      Cela dépend de la concentration en HE de l’huile de massage utilisée.
      Mais on peut dire, de façon générale, que l’effet apaisant sans doute recherché par l’ajout de ces HE dans votre huile de massage, ne durera pas plus que quelques heures.
      Bonne journée à vous !
      Arnaud

      Répondre
  • 14/09/2020 à 19:28
    Permalien

    Bonjour. J’allaite mon bébé de 2,5 mois et depuis 3 semaines j’utilise une lotion qui contient des huiles essentielles de menthe poivrée et sauge. Je ne savais pas du tout que c’était interdit. J’ai bien sûr tout arrêté mais je me demande si mon bébé court des risques et combien de temps faut-il à mon corps pour se débarrasser de ces HÉ. Dodo je également verser le lait stocké au congélateur que mon bébé boit quand je suis au travail?
    D’avance merci

    Répondre
    • 15/09/2020 à 08:38
      Permalien

      Bonjour, vous avez bien fait d’arrêter l’utilisation de ce produit, qui n’est manifestement pas adapté aux femmes enceintes et allaitantes. Les HE sont éliminées relativement rapidement : en quelques jours, vous aurez tout éliminé. En ce qui concerne le lait stocké au congélateur pendant que vous utilisiez ce produit, la prudence impose, malheureusement, de vous en débarrasser…
      Bien aromatiquement !

      Répondre
  • 04/10/2020 à 15:17
    Permalien

    Bonjour Arnaud,
    L’huile essentielle de Thym à thymol peut-elle détruire les chlamydia trachomatis, en prise interne (gélules) ? Je veux dire, y a-t-il des cas avérés?
    Merci d’avance
    Bonne journée

    Répondre
    • 05/10/2020 à 09:15
      Permalien

      Bonjour charlotte, les Chlamydia sont des bactéries provoquant des infections le plus souvent génitales.
      Vous pouvez essayer un traitement en aroma, mais plutôt en ovules que per os.
      Pour répondre précisément à votre question, je ne sais pas si des cas de guérison avérée ont été observés par une prise orale.
      Bien à vous
      Arnaud

      Répondre
  • 06/10/2020 à 07:16
    Permalien

    Bonjour très stressée et déprimée en ce moment je me suis rendu compte que je me tromper d hilue essentielle et au lieu de celle de geranium rosat j ai pris celle de genévrier à raison d une goutte trois fois par jour combinées avec trois de sauge et une de citron depuis j ai les veines des jambes qui me brûlent je ne sais quoi faire merci de me répondre je suis inquiète

    Répondre
    • 06/10/2020 à 09:44
      Permalien

      Bonjour, il se peut que vous ayez fait une forme d’intoxication. La quantité d’HE que vous citez n’est pas colossale, mais est quand même très supérieure à ce qui souvent conseillé. Surtout que vous ne précisez pas la durée sur laquelle vous avez pris cette synergie, ni de quelle sauge il s’agit (probablement la sclarée ?).
      Il n’est pas possible, dans cette situation, de donner un conseil par internet. N’hésitez pas à consulter rapidement votre médecin, ou à appeler votre centre anti-poison pour trouver la meilleure solution.
      Bon rétablissement.
      Arnaud

      Répondre
  • 15/10/2020 à 17:24
    Permalien

    Bonjour, excusez moi de vous déranger, j’ai lu votre article sur l’utilisation des huiles essentielles, j’espère que vous pourrez m’apporter cette réponse tant attendue..
    Il se trouve que j’ai appliqué du baume de tigre rouge sur le dos à mon ami avec des gants, donc je n’ai pas eut de contact cutané avec, mais j’ai respiré la forte odeur qui s’est dégagée, puisqu’il y a des huiles essentielles qui sont du camphre, donc des huiles neurotoxiques et je suis enceinte de 19 semaines. Voilà mon problème, quelles conséquences cela a bien pu faire sur le fœtus de respirer ces huiles? Sachant que j’ai respiré très peu de temps car je suis sortie de la chambre 1 min après, j’avais un masque FFP2 quand j’ai appliqué le produit, mais quand je suis retournée dans la chambre pour aller ouvrir la fenêtre je ne portais plus le masque, mais j’ai quand même respiré quelques minutes. Et l’odeur s’était rependu dans la maison donc le temps que tout s’évapore, quels sont les risques encourus ? Je vous remercie de prendre le temps de me répondre, j’attends votre réponse avec la plus grande impatience, et encore merci beaucoup !!

    Répondre
    • 16/10/2020 à 09:09
      Permalien

      Bonjour Natasha, au regard des précautions (nombreuses, et vous avez bien fait) que vous avez prises, je ne vois aucun danger pour votre grossesse.
      En revanche, il vaudra mieux par sécurité, à l’avenir, éviter d’utiliser le baume du tigre ou tout produit très camphré lors de la suite de votre grossesse.
      Bien à vous
      Arnaud

      Répondre
      • 22/10/2020 à 04:25
        Permalien

        Bonjour,
        J’ai appliqué 4 goutes par voie cutanée d’huile essentielle de menthe poivrée (au niveau du thorax) hier. Le soucis est que je suis enceinte de 3 semaines (début 4ème je pense, je suis en attente d’examens médicaux). J’ai vu sur internet qu’il y avait un risque de fausse couche. Savez-vous si avec la dose que j’ai prise il y a malgré tout ce risque ?
        Et savez-vous si le risque est immédiat ou bien si cela pourrait agir et déclencher par exemple une fausse couche dans 3 semaines ?
        Je suis très inquiète
        Merci d’avance

        Répondre
        • 23/10/2020 à 08:32
          Permalien

          Bonjour Marie,
          Il est vrai qu’il vaut mieux éviter la menthe poivrée au cours de la grossesse. Mais la toxicité qu’elle exprime est dose-dépendante, et il ne faut pas vous inquiéter au regard de ce que vous me décrivez. Cet « accident » est arrivé une seule fois, avec une dose modérée et vous n’avez, a priori, ressenti aucun effet indésirable. Il est trèèèèèès peu probable que les effets indésirables se manifestent à distance de votre application cutanée. En effet, les molécules aromatiques contenues dans la menthe poivrée sont éliminées très rapidement de l’organisme, donc il n’y aura absolument plus aucun danger dans quelques jours, soyez rassurée 🙂
          Bonne fin de grossesse Marie !
          Arnaud

          Répondre
  • 09/11/2020 à 13:14
    Permalien

    Bonjour ai prit samedi soir pour rhum et toux 3 gouttes de thym vulgaire a thymol et une heure avant 2 gouttes de ravintsara…j ai prit 3 gouttes au lieu d une pour le premier par erreur…aujourd’hui je passe un test pour covid comme j ai symptôme rhume mal de tete toux. Y a t ilun risque en cas de covid comme l ibuprofeme qui est maintenant interdit.. faut il que je le signale quand j aurais les résultats.merci

    Répondre
    • 09/11/2020 à 13:22
      Permalien

      Bonjour,
      non, vous ne risquez rien de ce côté là. En revanche, la dose prise est assez élevée pour cette HE… La prochaine fois, respectez bien la posologie (1 goutte et non 3).
      Bien aromatiquement.

      Répondre
  • 10/11/2020 à 04:10
    Permalien

    Bonjour,
    Ma femme allaite notre bébé qui a trois mois . Elle a pris il y a 5 heures une goutte de tea tree + 1goutte de niaouli + 1 goutte de ravintsara. Elle voudrait savoir quel risque pour lui si elle lui donne le sein. Est-ce que ça reste dans le lait où est-ce qu’il n’y a pas de risque ? Merci de votre réponse et bravo pour vos articles.
    Belle journée.

    Répondre
    • 10/11/2020 à 07:42
      Permalien

      Bonjour Yvan,
      vous avez raison d’être prudent avec les HE lors d’un allaitement. Les HE passent dans le sang et peuvent se retrouver dans le lait maternel, même si le détail du mécanisme n’est que très peu étudié.
      Au bout de 5 heures, la plupart des molécules aromatiques ont été éliminées, et il y a peu de chance qu’une toxicité s’exprime encore (au regard de la dose appliquée, qui est minime).
      Bien aromatiquement.
      Arnaud

      Répondre
  • 12/11/2020 à 03:51
    Permalien

    Bonjour,

    J’ai utilisé l’huile essentielle de cajeput. 2 gouttes sur les voutes plantaires, 1 goutte sur le thorax, 1 goutte sur le haut du dos. J’ai mis une goutte sur le poignet gauche que j’ai inspiré (10 inspirations).
    J’ai fait cela matin et soir pendant 3 jours. A partir du quatrième jour, j’ai des douleurs et sensation de chaleur au niveau du ventre en continu, mon coeur bat vite de temps en temps, la sensation de chaleur est aussi parfois ressenti au niveau des poumons, des pieds, de la tête. J’ai aussi quelques douleurs à la tete et j’ai des problèmes d’insomnies à partir du jour 4.
    Quand les douleurs s’arrêteront ? Je suis inquiete.
    Merci pour votre aide.

    Répondre
    • 12/11/2020 à 08:30
      Permalien

      Bonjour Elodie,
      en cas de doute, il vaut mieux arrêter immédiatement l’utilisation de l’HE et contacter votre médecin et/ou votre centre anti-poison.
      Pour autant, la dose utilisée ne me semble pas démesurée : tout devrait rentrer dans l’ordre rapidement.
      IL se peut également que les symptômes ressentis soient liés au motif de l’application de l’HE (une infection ?) plus qu’à un mesusage…
      N’hésitez pas à vous former aux HE (nous avons créé une formation en ligne : http://www.naturalchemia.fr) pour mieux connaitre les gestes simples et sécuritaires du quotidien.
      Bien aromatiquement.
      Arnaud

      Répondre
      • 12/11/2020 à 14:20
        Permalien

        Merci beaucoup pour votre message rassurant Arnaud.
        La raison pour laquelle j’ai utilisé cette huile essentielle est que j’ai les voies respiratoires encombrées et je n’arrive pas à faire sortir les glaires qui se trouvent dans les bronches. J’ai vu que le cajeput est un expectorant puissant, un antiviral et un antibactérien. C’est pourquoi je l’ai utilisé.

        Merci pour le lien de la formation que je suivrai.

        Répondre
  • 24/11/2020 à 06:32
    Permalien

    Bonjour,

    Je me permets de vous contacter suite à mon post du 12/11/2020, les douleurs se sont atténuées. J’ai toujours quelques fois des douleurs abdominales, la sensation de chaleur est omniprésente au niveau de la tête et j’ai des secousses hypniques lorsque je commence à m’endormir et qui me réveillent. Je ne dors donc plus du tout de la nuit. Ce qui devient un gros problème.
    Les symptômes évoquées sont liés à l’usage de l’huile de cajeput, les doses évoquées dans le post du 12/11/2020 sont fortes pour moi. Mon médecin traitant n’est pas vraiment spécialiste des huiles essentielles. Du coup, je me permets de vous demander conseils. Avez vous eu déjà des cas ? Quand les symptômes disparaitront ? Que faut il que je fasse ?

    Répondre
    • 24/11/2020 à 08:49
      Permalien

      Bonjour Élodie,
      je suis désolé de voir que vous expérimentez toujours des effets désagréables.
      Je n’ai jamais vu une telle réaction déclenchée par 5 gouttes d’HE matin et soir pendant 3 jours… surtout que cela fait déjà presque 2 semaines que vous avez cessé d’utiliser cette HE. L’HE de Cajeput contient surtout du 1,8-cinéole, effectivement efficace sur les sécrétions bronchiques. Alors même si 10 gouttes d’HE pure pendant 3 jours est une dose importante, cela n’explique pas, à mon avis, les symptômes observés…
      Je ne sais pas quoi vous conseiller, surtout si votre médecin lui-même ne vous propose pas de solution.
      Avez-vous par ailleurs d’autres problèmes de santé ou des traitements médicamenteux qui pourraient entrer en jeu dans les symptômes ressentis ?
      Bien à vous
      Arnaud

      Répondre
  • 25/11/2020 à 06:22
    Permalien

    Bonjour Arnaud,

    Merci d’avoir pris le temps de me répondre.
    Non, je n’ai pas pris d’autres traitements médicamenteux lorsque j’ai pris l’huile essentielle de Cajeput.
    J’avais pris de la ventoline, puis cortisone à inhaler(symbicort) à cause de difficulté respiratoire et douleurs à la poitrine mais une semaine avant de prendre les huile essentielles. Je n’avais pas eu vraiement de problèmes lorsque j’ai pris ces médicaments.
    Je n’ai pas de problème de santé particulier.

    Je vais revoir mon médecin et lui demander de me réorienter vers quelqu’un d’autre.

    Bien à vous,

    Répondre
  • 27/11/2020 à 09:24
    Permalien

    Bonjour!

    Je souhaite savoir combien de temps de pause il faut faire pour laisser le temps a l’organisme d’évacuer une HE hepaptotoxique ?
    Je sais qu’il ne faut pas dépasser 5 jours d’affilée max par exemple avec l’HE de cannelle de chine en massage et dilué dans une HV)

    Combien de temps faut il a l’organisme pour l’évacuer ??
    Combien de temps pour recommencer après les 5 jours d’application ?
    2 semaines ou moins ??

    Merci pour vos précieux conseils 🙂

    Répondre
    • 27/11/2020 à 09:51
      Permalien

      Bonjour Alexandra,
      L’hépatotoxicité s’exprime surtout par voie orale. En voie cutanée, l’hépatotoxicité s’exprime très peu.
      En général, la fenêtre thérapeutique est de 2 jours par semaine (on traite 5j/7) ou de 1 semaine par mois (on traite 3 semaines par mois).
      Surtout qu’avec la cannelle en voie cutanée, vous avez probablement beaucoup dilué votre HE, ce qui vous expose donc à des doses faibles.
      En espérant avoir répondu à vos questions.
      Bien aromatiquement.
      Arnaud

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *