Virus de la grippe
Virus de la grippe

[EDIT 2020] : Cet article a été rédigé en 2018, et ne cible pas DU TOUT le coronavirus. Je ne dis pas que les HE ne sont pas efficaces contre ce virus, je dis juste que pour l’instant, on n’a pas fait de test sur le coronavirus responsable du COVID19 et les HE. Donc prudence, s’il vous plait, dans le partage de cet article !

La lutte contre les virus reste un sérieux problème à travers le monde. Contre ce type d’agent infectieux, les médicaments allopathiques sont souvent peu efficaces, non dépourvus d’effets secondaires, et surtout relativement chers. L’aromathérapie apparait donc comme un allié de choix dans la lutte contre les infections virales, surtout depuis l’émergence de souches résistantes aux thérapeutiques classiques (1).

Pourtant, étudier l’efficacité des huiles essentielles (HE) contre les virus se révèle très compliqué, dans la mesure où les virus ne réagissent pas tous de la même manière aux molécules aromatiques.

Néanmoins, plusieurs études ont travaillé sur l’impact des HE sur les virus (rassemblées en fin d’article).

Mécanisme d’action des HE sur les virus

Les HE sont susceptibles d’agir contre les virus par trois mécanismes distincts (1) :

  • Activité virucide : les HE entrainent la destruction directe des virus.
  • Activité anti-adsorption : les HE empêchent le contact entre les virus et les cellules hôtes (phase d’adsorption et de pénétration) en modifiant les protéines virales reconnues par la cellule hôte.
  • Activité anti-réplication : les HE empêchent la formation de nouveaux virions par la cellule hôte infectée (phase d’éclipse) en bloquant la machinerie cellulaire de synthèse protéique(2). C’est le mode d’action de l’aciclovir, molécule fréquemment prescrite en cas de crise d’herpès labial.

La Figure ci-dessous a été obtenue en mettant à incuber des HE, une souche virale (le virus de l’herpès de type 1, abrégé HSV1) et une cellule hôte à différents moments pour étudier le mode d’action de l’HE.

Exemple d'action de certaines huiles essentielles sur les virus
Exemple d’action de certaines huiles essentielles sur les virus

Ces mêmes chercheurs ont poussé l’étude un peu plus loin, en analysant le potentiel anti-viral des molécules présentes dans les HE, et non du totum (Figure ci-dessous). Il ressort de cette étude que beaucoup de composés aromatiques ont un potentiel virucide, mais que parmi les composés testés, les seuls à présenter une activité anti-réplication significative sont l’alpha-pinène et le 1,8 cinéole.

Action de quelques composés aromatiques sur les différents stades de l'infection par un HSV.
Action de quelques composés aromatiques sur les différents stades de l’infection par un HSV.

D’autres études ont abordé le mécanisme d’action antivirale de ces HE ; cellles de Melaleuca alternifolia, Thymus vulgaris sb thymol, et Eucalyptus globulus dénaturent les protéines de structure du virus, aboutissant à la perte du pouvoir infectant. Une autre équipe (2) a mis en évidence que les huiles essentielles de clou de girofle et d’origan compact dégradaient l’enveloppe des virus. Ainsi désorganisée, l’enveloppe virale n’est plus reconnue par la cellule hôte, qui ne laisse donc pas entrer la particule virale dans son cytoplasme.

En conséquence, les infections à virus nus (comme les adénovirus, ou celui de l’hépatite A, par exemple) sont plus difficiles à combattre car ils disposent d’une cible potentielle de moins pour les HE (3).

Ainsi, il est difficile de généraliser sur l’action des HE contre les virus, car leur sensibilité aux molécules aromatiques dépend de leur structure qui est elle-même très variable.

Les HE antivirales

Les études précédentes sont intéressantes (et même fondamentales) pour comprendre le mode d’action des huiles essentielles sur les virus, mais elles présentent aussi de grandes limites : l’une d’elle est que les résultats ne sont pas généralisables, puisqu’ils sont obtenus à partir de l’étude d’une seule souche virale (HSV1 le plus souvent). Ensuite, nous manquons encore d’études cliniques : la plupart des recherches étant réalisées in vitro, leurs conclusions sont difficilement extrapolables à l’organisme entier.

Ces précautions étant posées, il est malgré tout possible de dresser un tableau général des HE efficaces contre les infections virales.

Le trio gagnant : Ravinstara, Palmarosa, Niaouli

On l’a dit, le concept de synergie est fondamental en aromathérapie car en associant différentes HE, on multiplie les cibles potentielles du traitement.

Le trio Cinnamomum camphora / Cymbopogon martinii / Melaleuca quinquinervia est une synergie très efficace contre la plupart des infections virale. En effet, en associant des oxydes (1,8-cinéole), des monoterpénols (géraniol et alpha-terpinéol) et des monoterpènes variés (alpha-pinènes, entre autres), l’infection virale est attaquée sur tous les fronts.

En première intention, il est donc indiqué de penser à associer ces trois HE lors d’une infection virale. Au regard de la très bonne tolérance de ces produits, il sera possible de les appliquer sur la peau (de préférence dilués dans une huile végétale ou un baume) ou de les prendre par voie orale (dans des gélules si possible).

Un exemple de traitement pour la grippe

Chez l’adulte et après s’être assurés du bon diagnostic par une consultation médicale, un traitement basé sur une association du « trio gagnant » correctement dosée, doit enrayer l’infection en quelques jours.

Les autres HE anti-virales

L’HE de Melaleuca alternifolia (tea tree, qui contient entre autres, du paracymène, du gamma terpinène et du 1,8 cinéole) est également très indiquée contre les virus.

Par ailleurs, nous avons insisté sur le rôle des alpha-pinènes et des oxydes dans la lutte contre les virus pour leurs propriétés virucides, anti-adsorption et anti-réplication du virus. Ainsi, les HE issus de conifères (pins, sapins ou cyprès) et les HE riches en 1,8-cinéole (Eucalyptus globulus, Eucalyptus radiata, Laurus nobilis, Rosmarinus officinalis sb cinéole…) vont présenter une action anti-virale.

Les HE à aldéhydes (comme l’Eucalyptus citriodora qui contient du citronellal ou la litsea cubeba qui contient du citral) ont également une action antivirale. De plus, ces HE ayant des propriétés antiinflammatoires, elles pourront avantageusement compléter une synergie antiinfectieuse.

Les HE riches en monoterpénols (Thymus vulgaris sb linalol, Aniba rosaeodora…) sont également utilisées pour leurs propriétés antivirales, en synergie avec d’autres huiles. Étant très bien tolérées, il sera également possible de les utiliser chez l’enfant (aux doses thérapeutiques adaptées, et après avis médical).

Enfin, les HE à phénols, bien que d’utilisation plus délicate (elles sont hépatotoxiques à forte dose en cas d’usage prolongé, et dermocaustiques) ont un bon potentiel antiviral. Cependant, elles sont traditionnellement davantage utilisées pour leur côté antibactérien : on les intègrera donc dans la synergie (uniquement chez l’adulte et par voie orale) si l’on suspecte ou que l’on craint une surinfection bactérienne.

Les HE à diffuser pour assainir l’air :

Les HE riches en monoterpènes (issus de conifères ou des agrumes) ou en oxydes, ayant une action virucide, pourront lutter contre la prolifération des virus dans l’air ambiant. Ainsi, il sera efficace de diffuser ces HE dans la maison lorsqu’un membre de la famille est atteint d’une infection, pour éviter de contaminer les autres individus !

1 : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16621040

2 : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17199238

3 : http://www.wjpps.com/download/article/1509671348.pdf

 

Comment les huiles essentielles agissent-elles sur les virus ?

12 avis sur « Comment les huiles essentielles agissent-elles sur les virus ? »

  • 23/03/2020 à 07:18
    Permalien

    Merci pours ces riches éclaircissements. Simples et accessibles au public loin d un jargon pharmaceutique obscur pour le néophyte

    Répondre
      • 18/04/2020 à 13:56
        Permalien

        Bonjour,
        J’attendais un article comme ça, je pense que pour le covid il y a et aurais eu des études intéressants. … et la cannelle ?
        Merci

        Répondre
        • 18/04/2020 à 18:05
          Permalien

          Bonjour Barbara,
          merci pour votre message !
          Pour le Covid, il y a effectivement des études en cours, certaines qui sont bien avancées.
          J’espère avoir assez de matière pour publier une mise à jour rapidement !
          Aromatiquement !

          Répondre
  • 24/03/2020 à 06:38
    Permalien

    Bonjour,

    merci pour ces éclairages ! j’aurais souhaité lire les papier scientifiques que vous citez en bibliographie, mais je n’arrive pas à les trouver? serait il possible de me les envoyer?
    avec mes remerciements,
    cordialement
    Nathalie

    Répondre
    • 24/03/2020 à 09:25
      Permalien

      Bonjour Nathalie,
      Merci pour votre commentaire !
      Malheureusement, les études citées sont soumises au droit d’auteur, et je ne peux pas les diffuser par mail.
      En revanche, certaines d’entre elles sont gratuites, directement téléchargeables en pdf. Vous pouvez en retrouver certaines en tapant les références de l’étude sur https://scholar.google.com.
      Bonnes recherches !

      Répondre
  • 20/04/2020 à 07:17
    Permalien

    Bonjour
    Merci pour ces explications claires et très intéressantes. Je souhaitais apporter un témoignage. Début mars, j’ai été atteinte de plusieurs symptômes (maux de gorge puis un début de toux sèche, maux de tête, grande fatigue, état fébrile avec frissons mais je n’ai jamais dépassé 37,5, diarrhées, essoufflement) bien évidemment je ne peux absolument pas dire que c’était le COVID 19 mais les symptômes semblaient correspondre. Il faut dire qu’à cette époque, je côtoyais régulièrement mon petit fils, âgé de 5 ans.
    Habituée depuis toujours à écouter les signes que m’envoie mon corps, je pratique régulièrement des soins préventifs et curatifs en utilisant, dans la mesure du possible, des produits naturels dont les huiles essentielles. Dès les tout premiers symptômes j’ai ingéré RAVINTSARA sur des comprimés neutres (3 gouttes/3 fois par jour) et ceci pendant 4 jours. J’ai rapidement senti une très nette amélioration . Puis, j’ai observé une petite rechute (état fébrile à nouveau) et je sentais que mon organisme combattais. J’ai fait une 2ème cure de RAVINTSARA pendant 3 jours. J’ai consommé beaucoup de tisane à base de thym et utilisé un spray pour la gorge à base de propolis, pour finir j’ai boosté mon système immunitaire. En parallèle, j’ai déposé des gouttes d’EUCALYPTUS sur un tube inhalateur que je respirais plusieurs fois par jour. Les symptômes ont finalement disparu au bout d’une semaine après cette seconde cure, Je suis restée fatiguée pendant quelques temps mais aujourd’hui j’ai complètement récupéré mon énergie. Je ne connais pas l’origine de cette affection (syndrome grippal, COVID ? mais tout ce que je peux dire c’est que les huiles essentielles m’ont été d’une grande aide.

    Répondre
    • 20/04/2020 à 07:39
      Permalien

      Merci Christiane pour ce beau témoignage !
      Nos « petites » huiles essentielles sont vraiment des produits magiques !

      Répondre
  • 21/04/2020 à 07:35
    Permalien

    Bonjour, je vous remercie pour votre ouverture et correspondance à propos de vos produts vis – a – vis Covid 19. J ai préscris depuis le début d apparition des symptômes un triple des HE Thymus v.à t., HE Ravintsara et HE Tee Three , mais il semble qu il y a une partition bacterienne. Merci beaucoup pour votre proposition . Salutations sincères. Dre Eva Drahovzalova

    Répondre
    • 21/04/2020 à 09:56
      Permalien

      Bonjour Eva,
      Associer, dans la COVID19 des HE antivirales et antibactériennes semble être, en effet, un bon axe thérapeutique.
      Vos patients ont de la chance 😉

      Répondre
  • 21/04/2020 à 11:43
    Permalien

    J’ai également attrape « quelque chose », début mars, après avoir été en contact avec des eleves et des collègues malades qui toussaient , etaient fébriles, et présentaient des symptômes grippaux ( mais qui bien sûr, etaient présents). J’ai finalement eu des maux de gorge et une légère fièvre (37.8). Apres quelques jours de traitement ( ravintsara+ teatree+ thym), les symptômes ont disparus… puis sont revenus. J’ai repris le traitement. Tous les symptômes ont disparu en quelques jours… mais j’ai continué à appliquer une synergie préventive ( pour booster l’immunité) jusqu’au confinement… je ne sais pas s’il s’agissait du covid, mais il y a eu des malades parmi mes eleves et mes collègues pendant cette période.

    Répondre
    • 21/04/2020 à 12:02
      Permalien

      Bonjour Jocelyne,
      Ah les élèves qui viennent à l’école tout en étant (probablement) contagieux…
      Ce qui ressort des premiers retours sur les traitements aromatiques du Covid 19, c’est qu’une interruption précoce ou un espacement de la prise aromatique conduit quasi-systématiquement à une rechute.
      Je ne sais pas, bien-sûr, si vous avez eu le Covid, mais c’est en tout cas, une possibilité qu’on ne peut pas écarter.
      Merci pour votre témoignage !

      Répondre

Répondre à Arnaud Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *